Réponse à l’article de EY Lemay du 1 juillet 2015

http://www.journaldemontreal.com/2015/07/01/des-millions-en-compensation

Evidemment, expliqué comme cela il n'est pas étonnant de lire de tels commentaires...

Comme d'habitude on cherche plus le sensationnalisme que les faits... Alors voilà les faits:

1- L'entente n'est pas secrète elle n'est juste pas encore officielle. C'est la raison pour laquelle l'AQPP a demandé à ses membres de ne pas en parler avec les journalistes. C'est une entente qui sera publique quand elle sera entérinée par les deux parties ( (rien de bien transcendant....)

2- Les coupes sont maintenues, à quelle hauteur c'est encore non officielle (désolé je n'avais pas mis de micro dans la salle alors je ne suis pas aussi bien informé que Mr Lemay) mais si elles sont de 133 millions pour 3 ans on parle de 400 000 000 $ prélevés directement à même les bénéfices des pharmacies... C'est tout à fait énorme. Sans mesure de compensations l'impact sur les pharmacies et surtout sur la disponibilité et les temps d'attentes aurait été catastrophique...

3- La mesure qui va permettre cette compensation, la levé du plafond des allocations professionnelles (appelées joliment ristournes) va permettre de limiter la casse... Limiter car les calculs sont faux si je me fie à... EY Lemay... grâce à son article il y a quelques semaines on apprenait que les pharmaciens recevaient en moyenne 80 000$ des compagnies génériques (avec un plafond à 15 %) avec 23% (soit 40 000$ de plus) on annule les coupes ??? Environ 2000 (nombre de pharmacies) x 40 000$= 80 000 000$ me semble qu'il en manque un peu...

4- Cette mesure de compensation permet que ce soit l'industrie pharmaceutique qui compense les pertes plutôt que les pharmacies, le gouvernement ou les patients. Pas vraiment de raison de crier il me semble... Ha oui peut-être que Mr Lemay a oublié d'expliquer (et pourtant il le sait) que cela ne ferait pas augmenter d'1c le prix des médicaments. En effet, ce prix est contrôlé par le gouvernement et il le fixe en fonction du prix de l'original, donc 0$ d'augmentation pour le patient.

5- Cela fait que les prix sont plus chers au Québec : Faux, en raison de la règle du "plus bas prix au Canada" le Québec achète ses médicaments au prix le plus bas qui existe dans le pays... Ce prix d'achat du médicament est le même au public et au privé.

6- C'est une mesure transitoire pour limiter les pertes, à la fin de cette entente on pourra remettre les choses à plat en espérant qu'au lieu de devoir se compenser avec des "ristournes", les pharmaciens recevront une juste reconnaissance et une juste rémunération pour les nombreux services qu'ils rendent tous les jours aux Québécois.

Christophe Augé, Président de l'APPSQ, Association Professionnelle des Pharmaciens Salariés du Québec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *