Médicaments: Explosion des coûts ?

On entend et on lit, partout dans les journaux, l’augmentation des coûts en médicament et l’urgence d’y mettre un frein.

Qu’en est-il vraiment au niveau des assurés du régime public du Québec ?

Étonnamment, selon les données de la RAMQ1, le coût moyen d’une ordonnance a diminué. Entre 2007 et 2013, il est passé de 29$ à 22,6$ soit une diminution de 22,1 %.

Ces résultats surprenants sont dus à la baisse très importante du prix des génériques. Et cela, malgré le fait que les médicaments dits originaux sont de plus en plus dispendieux (nous y consacrerons un prochain article sur ce blogue). Du fait de la diminution des "allocations professionnelles*" en lien avec ces baisses de prix, les pharmaciens propriétaires ont eu une perte de revenu estimée à 230 millions. Toutefois, ces baisses étaient nécessaires et personne ne les a remises en question et cette perte a été assumée en silence.

Au niveau des dépenses nettes de la RAMQ consacrées aux médicaments entre 2010 et 2013, elles sont passées de 3,22 à 3,29 milliards soit une augmentation de 67 millions (2% en 3 ans). Cela alors que le nombre de prescriptions augmente lui de façon continue… On est loin de l’hémorragie que certains tentent de nous faire croire.

 

Figure 1 : Évolution du coût des services pharmaceutiques, du coût total et du nombre d’ordonnances servies aux assurés du gouvernement ainsi que du coût net du programme Médicaments et services pharmaceutiques de la RAMQ entre 2007 et 2013 (en base 100 en 2007)1

 

 

Aujourd’hui, le Dr Barrette veut couper 177 millions dans les honoraires des pharmaciens afin de diminuer les coûts en médicament, mais l’augmentation démesurée des coûts de santé ne concerne pas ce poste budgétaire…

Entre 2007 et 2013, le budget de la RAMQ consacré aux « services médicaux » est passé de 3,64 à 6,11 milliards soit une augmentation de 2,47 milliards (67 % en 6 ans)…

Sur la même période, le budget du ministère de la santé est passé de 27,47 à 31,61 milliards soit une augmentation 7,5 milliards (27% en 6 ans).

Le poste « médicament et services pharmaceutiques » a, pour sa part, augmenté sur la même période de 463 millions (16%en 6 ans)… Comme ce programme est une assurance collective pour laquelle l’adhérant doit payer une cotisation, cette facture n’est pas assumée entièrement par le gouvernement. Dans les faits l’augmentation de la part du budget du ministère de la santé consacrée aux "Médicaments et services pharmaceutiques" a été de 288 millions entre 2007 et 2013. L’augmentation de ce poste budgétaire représente donc 3,8 % de l’augmentation du budget de la santé sur la même période et cela malgré le fait qu'il y ait eu une augmentation de 50% du nombre d’ordonnance!!

Le nombre d’ordonnances a augmenté de 50 % en 6 ans mais le nombre de personnes inscrites au programme n’a quant à lui augmenté que de 8,8% sur la même période. Cela démontre que le nombre d'ordonnances par personne inscrite est en forte croissance.
Figure 2 : Évolution du coût des programmes Médicaments et services pharmaceutiques et services médicaux de la RAMQ entre 2007 et 2013 (en base 100 en 2007)1

 

 

En résumé, depuis 2007, le nombre de services a augmenté de 50% mais les coûts assumés par la RAMQ n’ont augmenté que de 16,3% grâce notamment à la baisse du coût moyen d’une ordonnance de 22%.

 

Figure 3 : Évolution du nombre de services pharmaceutiques et services médicaux payés par la RAMQ entre 2007 et 2013 (en base 100 en 2007)1

 

 

Comment justifier que les pharmaciens soient ainsi la cible de coupes disproportionnées alors que ce sont des professionnels qui sont en bonne position pour s’attaquer au vrai problème qui est la surconsommation de médicaments ? Encore faudrait-il leur donner le temps et les ressources adéquates… En effet, le médicament le plus cher est, et restera, celui qui est pris sans raison valable ou dont les inconvénients surpassent les bénéfices… « Parlez-en à votre pharmacien ». Malheureusement cette phrase sera bientôt : « Prenez un rendez-vous à votre pharmacie ». En effet, le nouvel "effort" demandé par le Dr Barrette aux pharmaciens ne sera pas sans laisser des séquelles importantes au niveau de l’accessibilité, des frais accessoires etc…

 

1-Tous ces chiffres proviennent du site de statistiques la RAMQ : https://www4.prod.ramq.gouv.qc.ca/IST/CD/CDF_DifsnInfoStats/CDF1_CnsulInfoStatsCNC_iut/DifsnInfoStats.aspx?ETAPE_COUR=2&LANGUE=fr-CA curieusement ils ne correspondent pas exactement aux chiffres des rapports annuels, ils sont toutefois du même ordre de grandeur et évoluent de la même façon.

* Une allocation professionnelle est une réduction sous forme de rabais, de ristournes ou de primes, un bien, un service, une gratification ou tout autre avantage accordé, payé ou fourni, directement ou indirectement, par un fabricant de médicaments génériques à un pharmacien propriétaire correspondant à 15% de la valeur totale des ventes des médicaments génériques. Cette allocation doit être utilisée aux seules fins de formations et éducations... (Pour en savoir plus: http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2&file=/A_29_01/A29_01R1.htm )

Une réflexion sur “Médicaments: Explosion des coûts ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *